Text Scroller
Tout citoyen, victime de violation de ses droits, peut désormais saisir la Commission Nationale des Droits de l’Homme du Mali « CNDH » Tel : +223 20 29 70 21 E-mail : cndhmali@yahoo.fr . La CNDH, l'institution nationale de droits de l'Homme du Mali. La 4è édition de la Semaine des Droits de l'Homme: du 3 au 10 décembre 2015. Lancement officiel de la semaine des droits de l'homme le 3 décembre à 14H00 à l'Université des Sciences Juridiques et Politique de Bamako "USJPB"
Plan CNDH 2010-2014

Les Partenaires

 

Actu Vidéo
time2online Joomla Extensions: Simple Video Flash Player Module

L’Honorable Andrea LAENNEL de la BUNDESTAG et l'Ambassadeur de l'Allemagne au Mali reçus par CNDH-MALI.

Le 11 juillet 2016, la Présidente de la CNDH, Me Kadidia SANGARE COULIBALY, a reçu en audience une délégation allemande dirigée par son excellence Monsieur Dietrich BECHER Ambassadeur de la République Fédérale allemande au Mali et l’Honorable député à la BUNDESTAG, Andrea LAENNEL.
Cette visite avait pour objectif d’écouter la CNDH sur l’évolution de la situation des droits de l’homme au Mali depuis la crise de 2012.

Me Kadidia Sangaré COULIBALY, Présidente de la CNDH, s’est beaucoup réjoui de cette visite au sein de la CNDH qui, selon elle, « traduit l’attention et la préoccupation de la communauté internationale, et singulièrement de la République Fédérale d’Allemagne, sur la situation actuelle de notre pays qui cherche à se remettre de la plus grave crise de son histoire ». Elle a aussi salué l’engagement de l’Allemagne aux côtés des autorités maliennes dans le cadre de la formation et/ou la mise à niveau des Forces Armées Maliennes.
Ainsi, avec la délégation les échanges ont essentiellement porté sur :
•    L’état actuel de la situation des Droits de l’Homme au Mali marqué par la recrudescence de l’insécurité et des attaques terroristes, la fermeture de nombreuses écoles dans les régions septentrionales du Mali, l’absence de l’administration et des forces de sécurité dans certaines localités du Pays, les conflits récurrent entre éleveurs et peulhs ;
•    Les différents rapports annuels produits par la CNDH sur la situation des Droits de l’Homme au Mali ;
•    Les actions du cadre de concertation des institutions et organisations de défense des droits de l’homme qui se réuni chaque mois pour échanger sur la situation des droits de l’homme au Mali ;
•    La Commission Nationale Spéciale des Droits de l’Homme au niveau du Parlement Allemand ;

Lire la suite...

 

La loi portant création de la nouvelle CNDH votée par l’Assemblée Nationale du Mali

Adopté le mercredi 30 mars 2016 par le Conseil des Ministre, sous la présidence du Président de la République, Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA, le projet de loi portant création de la Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a été voté par l’Assemblée Nationale du Mali le vendredi 1er juillet 2016 en présence de Me Kadidia Sangaré COULIBALY (Présidente de la CNDH) ainsi que de plusieurs autres membres du personnel, des militants des droits de l’homme et des partenaires.

Il est à rappeler que l’actuelle Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a été créée par la loi du 19 novembre 2009 avec comme mandat de « contribuer à la promotion et au respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales ».
A la suite d’une évaluation effectuée en mars 2012, le Comité international de coordination des institutions nationales des droits de l’homme a conclu que les textes de création et d’organisation de la CNDH-Mali n’étaient pas conformes aux Principes de Paris concernant le statut et le fonctionnement des institutions nationales de protection et de promotion des droits de l’homme.

Cette nouvelle loi prend en compte les recommandations du Conseil des Droits de l’Homme dans le même sens et permettra de mettre en conformité le statut, les missions, les attributions, l’organisation et le fonctionnement de la Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH)

Lire la suite...

 

Journée internationale de soutien aux victimes de la torture :Renforcer l’interdit de la torture face au tout sécuritaire

Paris, le 26 juin 2016 : Réfugiés parqués dans des lieux de rétention aux conditions inhumaines, détenus vivant dans des prisons surpeuplées et généralement insalubres, opposants politiques et défenseurs des droits de l’homme faisant face aux menaces des gouvernements : en 2016, une forte proportion de la population mondiale est victime d’actes de torture ou de peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Dans leur travail quotidien sur le terrain et auprès des mécanismes régionaux et internationaux de défense des droits de l’homme, la FIACAT et les ACAT constatent que le contexte sécuritaire favorise les violations des droits de l’homme et, plus grave encore, favorise l’acceptation et la légitimation de la torture par l’opinion publique. C’est pour cela que la FIACAT souhaite rappeler en cette Journée internationale de soutien aux victimes de la torture l’importance de veiller au respect des instruments juridiques internationaux et de les renforcer. Depuis plusieurs décennies, différents textes internationaux et régionaux interdisent de manière absolue la torture en tous temps, en tous lieux et en toutes circonstances, et appellent à lutter contre l’impunité. Par ailleurs, de nouveaux textes internationaux et régionaux sont venus récemment renforcer l’arsenal juridique en matière de lutte contre la torture : les lignes directrices sur les conditions d’arrestation, de garde à vue et de détention provisoire en Afrique, adoptées par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) en mai 2014 ; et les Mandela Rules, adoptées à l’unanimité par l’Assemblée générale des Nations Unies en décembre 2015, qui renforcent les règles minimales pour le traitement des détenus.

Lire la suite...

 

Conférence de presse conjointe WILDAF-AMDH-FIDH-AJM-DEMESO-CCC

Paris, Bamako, Tombouctou, Gao, Kidal, Mopti –

A l'occasion de la journée mondiale pour l'élimination des violences sexuelles en temps de conflit, nos organisations, aux côtés des victimes des violences sexuelles liées au conflit au nord du Mali, attendent des autorités maliennes des actes concrets en faveur de la lutte contre l’impunité des crimes sexuels. En dépit des plaintes pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité déposées par nos organisations en 2014 et 2015 et les dispositions de l’accord de paix en faveur de la protection des droits de l’Homme dont l’application tarde à se concrétiser, aucune mesure significative n’a été prise en faveur des victimes de violences sexuelles.
« Pour rendre justice aux victimes et prévenir la répétition de ces crimes odieux, la lutte contre l'impunité des auteurs des crimes les plus graves, et notamment des crimes sexuels, doit être une priorité pour les autorités maliennes et être placée au cœur du processus de réconciliation. C'est une condition pour le retour à l’État de droit et l'instauration d'une paix durable», ont déclaré nos organisations.

 

Lire la suite...

 

Communiqué de presse conjoint : Ouverture de l'audience de confirmation des charges de Abou Tourab devant la CPI

CNDH

La Commission Nationale des Droits de l'Homme du Mali (CNDH) en partenariat avec l’Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH) et plusieurs autres organisations de défense des droits humains a participé le 29 février 2016 à une conférence de presse réclamant l’élargissement des charges retenues contre Ahmad Al Faqi Al Mahdi, alias Abou Tourab devant la Cour Pénale Internationale (CPI).

Communiqué de presse conjoint:

  • FIDH
  • AMDH
  • Association malienne des droits de l'Homme
  • WILDAF – Mali
  • AI-Amnesty International-Mali
  • Association DEME SO
  • AJM-Association des Juristes Maliennes
  • CCC-Collectif Cri de Coeur
  • APDF-Association pour le Progrès et le Développement des Femmes
  • TRIJEUD-Tribune Jeunes pour le Droit au Mali
  • CNDH-Commission Nationale des Droits de l’Homme

Paris, La Haye, Bamako, 29 février 2016 – Le 1er mars 2016 s'ouvre l'audience de confirmation des charges d’Ahmad Al Faqi Al Mahdi, alias Abou Tourab, devant la Cour pénale internationale (CPI). Al Faqi Al Mahdi, chef de la police islamique de Tombouctou au Mali, est accusé d’avoir détruit intentionnellement dix sites historiques et religieux à Tombouctou en 2012.

Lire la suite...

 
Plus d'articles...
Recherche
La Présidente

Maitre Kadidia Sangaré Coulibaly

Rapports Annuels

Semaine des DH