EVENEMENTS DE KIDAL : LA CNDH DENONCE DES CRIMES DE GUERRE ET DES CRIMES CONTRE L’HUMANITE

Il y a deux ans, la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH) et l'ensemble des organisations de défense des droits de l'homme ont créé un cadre de concertation qui se réunit tous les mois afin de discuter de la situation des droits de l'homme dans le pays.

La rencontre de ce mois s’est déroulée dans un contexte particulier avec  les violences survenues à Kidal  le 17 mai lors de la visite  d’une délégation gouvernementale conduite par le Premier ministre Moussa Mara dans cette ville. Ces événements étaient au cœur d’une conférence de presse organisée vendredi par la CNDH et ses partenaires.

Durant cette rencontre animée par Me Kadidia Sangaré, la Commission a diffusé une déclaration qui condamne avec la dernière rigueur l'assassinat, la détention et les blessures de plusieurs personnes innocentes par les groupes armés.

Lire la suite...

 

Déclaration du Réseau des Défenseurs des Droits Humains du Mali (RDDH) sur les événements de KIDAL

Le réseau des Défenseurs des Droits Humains du Mali  constate avec regret la tournure que prennent les événements dans le Nord du Mali.

Rien ne peut justifier l’attaque de la délégation du gouvernement conduite par le Premier Ministre de la République dans une région du Mali.

Les Défenseurs des Droits Humains du Mali sont d’autant plus préoccupés qu’un des leurs,  en mission à Kidal a reçu quatre balles des assaillants.

Le réseau des Défenseurs des Droits Humains exhorte le gouvernement à prendre toutes les mesures pour éviter que le pays retombe dans la violence.

Cette attaque et surtout l’assassinat délibéré des otages constituent un crime de guerre, le réseau exige une poursuite judiciaire de toutes les personnes incriminées et une réparation judicieuse pour les victimes.

Le réseau présente ses condoléances aux familles endeuillées et formule des bénédictions pour les défunts.

Le Président

Saloum D. TRAORE

 

GESTION DIGITALE DES PREUVES DE VIOLATIONS DES DROITS HUMAINS EN AFRIQUE DE L’OUEST : LES MALIENS DESORMAIS OUTILLES.

Trois formateurs confirmés et 7 autres en puissance. C’est l’issue de deux séances de formation très intenses initiées et soutenues par l’organisation américaine Freedom House basée au Mali sur le logiciel Martus. Martus est utilisé pour la gestion digitale sécurisé des de l’information dans le domaine des droits de l’Homme. Les bénéficiaires sont les membres d’un réseau dynamique de défenseurs des Droits de l’Homme dont la création a été suscitée par Freedom House. L’atelier de formation qui s’est déroulée du 13 au 15 mai 2014 vient boucler une série de sessions de renforcement des capacités de la société civile malienne en vue du monitoring des violations des droits humains liées à la crise au Mali.

Lire la suite...

 

Lutte contre la torture : AMNESTY INTERNATIONAL REPART EN CAMPAGNE

La lutte contre la torture est l’une des principales causes défendues par l’association de défense des droits de l’homme, Amnesty International. Le mouvement international d’origine britannique vient de lancer une campagne mondiale « phare » pour 2014 et 2015. Cette campagne est baptisée « Stop Torture » (traduction en français : arrêtez la torture). Le lancement officiel de la campagne dans notre pays a été marqué par une conférence de presse organisée par la section malienne de Amnesty International au Grand hôtel. La rencontre était animée par Saloum Traoré et Mohamed Al Bachir Singaré, respectivement directeur exécutif et coordinateur juriste à  Amnesty International Mali et Mme Keïta Mariam Touré, la présidente d’Amnesty Mali.

Mis à jour (Jeudi, 15 Mai 2014 12:24)

Lire la suite...

 

COMMUNIQUE DE PRESSE N°012 SUR L'ARRESTATION DE MONSIEUR HOUKA HOUKA AG ALFOUSSEYNI ANCIEN JUGE ISLAMISTE DE TOMBOUCTOU

L’Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH) se réjouit de l’arrestation par les Forces Armées Maliennes de Monsieur Houka Houka Ag Alfousseyni juge islamiste de Tombouctou pendant l’occupation des groupes armés. Monsieur Ag Alfousseyni aurait joué un rôle important et déterminant dans la commission des violations graves de droits de l’Homme à Tombouctou à travers ses sentences extrajudiciaires (l’amputation, l’exécution sommaire, des arrestations arbitraires, des coups de fouet…).

Lire la suite...

 
Plus d'articles...
Recherche
La Présidente

Maitre Kadidia Sangaré Coulibaly

Rapports Annuels

Semaine des DH